12 Jul 2019 Story Ecosystems

Transformer les déchets alimentaires en or

Tout a commencé il y a cinq ans, lorsque Coline Billon a découvert l'incroyable beauté naturelle du Pérou. Abritant les anciennes Incas, avec ses chaînes de montagnes colorées, ses oiseaux exotiques et son air pur dans les hauteurs, le Pérou lui a donné une nouvelle perspective.

Ainsi, lorsqu'elle est revenue à Nantes, en France, elle s'est rendue compte qu'elle était beaucoup plus consciente des problèmes environnementaux existants au sein de son pôle urbain. Plus précisément, elle a commencé à remarquer les énormes quantités de déchets alimentaires destinées à être incinérées.

Lorsqu'elle s'est davantage penchée sur la question, Coline Billon, âgée de 28 ans, a constaté qu'environ 40% des déchets, y compris les aliments, sont brûlés à l'air libre. Lors de leur incinération, des toxines nocives, du furanne et du carbone noir sont libérés dans l'atmosphère.

Elle découvre également qu'un tiers de tous les aliments produits dans le monde sont gaspillés chaque année et que leur élimination contribue souvent à la pollution de l'air, en générant des émissions inutiles, en plus de véhiculer des pratiques inutiles.

image
Les restes de nourriture sont jetés, mais ils peuvent être transformés en une ressource de valeur. Photo d'Ana Luisa Araujo.

Garrette Clark, responsable du programme sur les modes de vie durables à ONU Environnement, affirme : « Le gaspillage alimentaire est un défi climatique majeur et un sujet sur lequel nous pouvons tous agir. Le gaspillage des aliments a des impacts carbone liés à leur élimination, ainsi qu'aux perspectives de croissance, de transformation et de distribution. Sensibiliser et montrer que le changement est possible est une première étape cruciale. »

« En plus d’acheter ce qui est nécessaire localement, il faut consommer des aliments produits de manière durable, en savoir plus sur les pratiques et les informations fournies par les étiquettes, parler d’aliments sains et durables avec les vendeurs et les producteurs. Créez un jardin urbain, scolaire ou un potager. Il est essentiel de soutenir les organisations, les politiques, les programmes et les personnes qui promeuvent des systèmes alimentaires plus durables. »

Déçue par le statu quo, Coline Billon a décidé de s'attaquer elle-même au gaspillage alimentaire. Elle fait maintenant le tour de Nantes à la recherche de restes de nourriture non comestibles et les transforme en « or noir », un compost riche permettant aux agriculteurs, aux jardiniers et aux supermarchés locaux de produire des aliments nutritifs.

Nous avons discuté avec Coline Billion de son entreprise, La Tricyclerie, afin de déterminer comment elle s’attaquait au gaspillage alimentaire tout en créant de nouvelles ressources précieuses pour l’économie.

image
Coline fait le tour de Nantes à la recherche de restes de nourriture non comestibles pour fabriquer de  l'or noir ». Crédit : Ana Luisa Araujo.

Qu'est-ce qui vous a motivé à démarrer votre entreprise?

À mon retour du Pérou, j'ai remarqué l'énorme quantité de nourriture que nous gaspillions. Je me suis intéressé au compostage et lorsque j'ai commencé à parler avec des gérants de restaurants et des épiceries, j'ai réalisé qu'ils ne disposaient pas de solution pour leurs besoins en compostage. Finalement, j'ai décidé de combiner ces intérêts avec le cyclisme, Nantes est en effet une ville très accueillante pour les cyclistes et, bien entendu, le cyclisme n'a aucun impact sur l'environnement.

Avez-vous constaté une prise de conscience accrue des problèmes de gaspillage alimentaire récemment?

Je pense que oui. Par exemple, un marché de gros en produits alimentaires et de légumes a récemment été lancé à Nantes qui vise explicitement à résoudre le problème du gaspillage alimentaire que connaissent d'autres marchés. En outre, de nombreuses solutions locales et régionales au gaspillage alimentaire font leur apparition, comme une application qui redistribue les aliments issus du gaspillage alimentaire à la fin de la journée et d'autres projets de collecte locaux.

Quelle est votre vision à long terme et vos objectifs à l'avenir ? Comment allez-vous augmenter l’impact positif que vous avez ?

Nos deux objectifs les plus importants dans un avenir proche sont d'améliorer nos activités existantes et de créer un modèle d'entreprise durable. Cela impliquera probablement d'externaliser une partie du compostage, ce qui prend environ la moitié de notre temps. Deuxièmement, nous souhaitons organiser des sessions de formation pour aider les autres à adopter notre modèle et à l’appliquer à d’autres villes. Nous travaillons au développement d'un réseau de La Tricyclerie dans différentes villes du pays. Cela augmentera considérablement notre impact et, espérons-le, inspirera également un changement de politique à long terme.

Quel est votre conseil pour quiconque veut lutter contre le gaspillage alimentaire ?

Le plus important est de consommer des aliments locaux et biologiques autant que possible. Cela permet non seulement de réduire les émissions inutiles dans le transport des aliments, mais également de soutenir les producteurs locaux et des écosystèmes plus sains. Assurez-vous également d’acheter les bonnes quantités et, si vous ne pouvez pas éviter les restes, stockez-les, congelez-les, partagez-les, ne les jetez pas.

Que conseillez-vous aux jeunes qui souhaitent créer une entreprise et qui s'attaque à nos problèmes environnementaux ?

Mon principal conseil est d'essayer. Je crois qu’il est très important d’expérimenter et d’adapter les choses en fonction des besoins. En plus de cela, exploitez vos réseaux. N’ayez pas peur de parler aux gens et de suivre leurs conseils, en particulier ceux de différents horizons et points de vue.

 

Les jeunes entrepreneurs sont invités à postuler au prix Jeunes Champions de la Terre, sponsorisé par Covestro. Ce prix est la principale initiative d'ONU pour l'environnement pour engager les jeunes dans la résolution des problèmes environnementaux les plus urgents au monde.