Frontières 2018-2019 : questions émergentes d'ordre environnemental

24 January 2019
Auteurs: ONU Environnement

Qu'il s'agisse des innovations, des dilemmes éthiques relatifs à la biologie synthétique ou des solutions disponibles pour une adaptation internationale appropriée aux changements climatiques : le rapport Frontières 2018-19 inventorie les problèmes environnementaux émergents auxquels la planète est confrontée

 

Frontiers 2018 cover Les techniques de pointe en matière d’épissage génétique apporteront-elles un avantage considérable à la santé humaine et à l’environnement, dans la mesure où les réglementations permettent de contrôler efficacement le risque de conséquences écologiques non voulues ? Agirons-nous à temps pour empêcher la dégradation des tourbières à pergélisol critique au réchauffement climatique et pour éviter d'atteindre le seuil d'un éventuel effet de serre global ? Pouvons-nous éviter les pièges de la mauvaise adaptation aux changements climatiques mondiaux et aller de l'avant avec sagesse pour atténuer les pires effets pour tous et non pas seulement pour quelques-uns ?

Les experts d'ONU Environnement examinent ces questions ainsi que d'autres questions émergentes avec le rapport Frontières 2018/19, le dernier rapport portant sur les défis environnementaux émergents auxquels notre planète fait face. La série Frontières du PNUE relie les dernières connaissances scientifiques aux politiques axées sur les résultats en matière de santé de l'environnement et de durabilité. L'édition 2018/19 perpétue la tradition des textes hautement référencés accompagnés d'infographies et fait place à l'interactivité grâce à des liens vers des clips vidéos portant sur des recherches et des informations connexes.

Le rapport Frontières 2018/19 sera lancé le 4 mars 2019 en amont de la quatrième Assemblée des Nations Unies pour l'environnement à Nairobi, au Kenya. Le rapport traite de cinq questions émergentes clés : les derniers développements en biologie synthétique, les avantages critiques de la connectivité du paysage, les interactions complexes et la vulnérabilité des tourbières à pergélisol, les défis de la pollution généralisée par l'azote et les dangers des erreurs de l'adaptation dans un monde où les changements climatiques sont une réalité. Lisez la suite de cet article pour obtenir un aperçu de chacun de ces sujets.

Biologie synthétique : re-configurer l'environnement

Mosquito.jpg© coniferconifer, licensed under CC BY 2.0 La possibilité de modifier génétiquement avec succès les organismes a enthousiasmé les scientifiques et le grand public. Les techniques d'édition de gènes progressent rapidement, laissant entrevoir de nombreux avantages biologiques et écologiques, allant de l'éradication des maladies humaines à la prévention de l'extinction d'espèces. CRISPR-Cas9 est l’outil le plus récent et le plus rapide de la boîte à outils d’édition génétique, permettant une précision extraordinaire dans la manipulation des génomes.

Cependant, cette capacité à créer une vie synthétique et à modifier l’ADN existant comporte un risque de contamination croisée et de conséquences inattendues. Le piratage du code de la vie a des implications tellement importantes qu'il est urgent que les organes directeurs collaborent et coopèrent pour garantir des activités de recherche-développement sûres dans ce domaine. La montée en puissance des biohackers et le risque de libération accidentelle d'organismes génétiquement modifiés dans l'environnement suscitent des préoccupations réglementaires. Ce chapitre fascinant explore de nombreux avantages et défis de la biologie synthétique.

Connectivité écologique : un pont vers la préservation de la biodiversité

image© Jess Kraft /Shutterstock.com L’industrialisation à grande échelle a entraîné une fragmentation généralisée de paysages auparavant intacts dans le monde entier. Du défrichement des forêts pluviales richement peuplées aux barrages de puissants fleuves artériels, l’effet de choc des écosystèmes isolés et touchés nuit à la santé de la flore et de la faune et, dans les cas graves, à la disparition de certaines espèces. Les paysages ne se limitent pas non plus au domaine terrestre, la connectivité des écosystèmes s'étendant au-delà des côtes continentales et englobant les paysages marins et les océans.

Les initiatives visant à promouvoir la connectivité des paysages offrent de l’espoir dans divers endroits du monde, mais la planification de la reconnexion de parcelles d’habitat ou de la préservation de la connectivité existante doit être davantage ciblée. Cela est essentiel pour préserver la biodiversité restante et protéger les écosystèmes interdépendants dont nous dépendons tous. Les efforts nationaux doivent être étendus au niveau international, car les écosystèmes ne sont pas délimités par les frontières des pays. Des réserves marines aux corridors fauniques et au-delà, ce chapitre couvre les problèmes de la fragmentation de la nature et des solutions qui s’offrent à lui, ainsi que l’impératif d’une réflexion commune sur la planification de la préservation et de la conservation de la biodiversité et de la survie des espèces.

Les tourbières à pergélisol : perdre du terrain dans un monde qui se réchauffe

image© Hans Joosten Avec la hausse des températures mondiales, l'Arctique se réchauffe deux fois plus vite que la moyenne mondiale et les scientifiques s'inquiètent de plus en plus du rythme accéléré du dégel du pergélisol. Bien que les recherches se poursuivent, les relations et la dynamique complexes qui existent entre le pergélisol et la couche isolante de restes de plantes mortes - ou de tourbe - recouvrant un pourcentage important des régions les plus septentrionales de la planète sont encore mal connues.

Le dégel du pergélisol a non seulement des impacts directs sur l’écologie et l’infrastructure des régions de tourbières, mais constitue également un élément de basculement vers un effet de serre incontrôlé. La préservation de ces riches gisements de carbone dans le sol est impérative pour atténuer les effets globaux des changements climatiques et éviter les pires effets et risques de déverrouillage de ces actifs gelés, qui maintiennent le carbone et d’autres gaz à effet de serre séquestrés sous terre et hors de l’atmosphère. Les scénarios probables et les recherches en collaboration nécessaires de toute urgence pour assurer la préservation de ces gisements cruciaux sont examinés de manière approfondie dans ce chapitre, à partir de la base.

La solution de l'azote : de la pollution du cycle de l'azote à l'économie circulaire de l'azote

image© Lynn Ketchum / Oregon State University, licensed under CC BY-SA 2.0 L'azote est l'un des éléments naturels les plus abondants et largement bénin dans ses formes non réactives. Cependant, une bonne chose en trop grande quantité peut être préjudiciable et une pollution par l'azote excessive a de graves conséquences pour les écosystèmes et les humains. Sous forme d'oxyde nitreux, il est 300 fois plus puissant que le dioxyde de carbone en tant que gaz à effet de serre, en plus des effets de divers composés azotés sur la qualité de l'air, des sols et des eaux, ainsi que sur la couche d'ozone.

Une approche globale cohérente de la gestion de l'azote est nécessaire pour transformer le cycle de l'azote en une économie circulaire durable, non polluante et rentable. Bien que des progrès aient été accomplis au niveau national, une approche véritablement complète de la mise en œuvre de stratégies efficaces de la gestion de l’azote nécessitera une coopération internationale. Ce chapitre très informatif explore les détails et la chimie du problème de la pollution par l'azote et les voies possibles pour le résoudre. En cas de succès, la transition vers une économie circulaire pour l'azote pourrait être un pionnier dans la prise de décisions scientifiques et politiques judicieuses en vue de la réalisation de l'objectif d'une planète sans pollution.

Les erreurs d'adaptation aux changements climatiques : éviter les pièges de la voie de l'évolutivité

image© ebvImages, licensed under CC BY 2.0 D'une manière générale, l'évolution dépend de la réussite de l'adaptation, et la mauvaise adaptation aboutit à un échec. En termes de changement climatique, les stratégies d’adaptation doivent prendre en compte les vulnérabilités, augmenter la résilience à l’échelle mondiale, et éviter les solutions à court terme qui pourraient n’avoir que des avantages locaux. Il devient évident que la coopération et la planification internationales sont nécessaires pour éviter les adaptations qui peuvent sembler offrir une atténuation, mais qui aggravent en réalité le problème.

Ce chapitre fascinant explore la distinction entre véritable adaptation, erreurs d'adaptation et adaptation fictive. Il approfondit les discussions cruciales des forums internationaux et des études de cas de ce qui constituent une mauvaise adaptation par rapport à l'impératif de maintenir l'augmentation de la température moyenne mondiale post-industrielle en dessous des 1,5 ° C. Ce domaine d’intérêt relativement nouveau pour les décideurs exercera l’attribut humain de la prévoyance afin d’atteindre l'‘évolutivité’ requise. Une vision à long terme de la conception des politiques de développement et d'adaptation sera nécessaire pour prendre les bonnes décisions durables pour les générations futures.